10 rue du bain aux plantes, 67000 Strasbourg
06 45 96 99 98
info@indoor-sante.fr

Public sénior : Définition et constat

Une activité physique encadrée, adaptée et personnalisée pour votre santé

Dans le domaine de la santé on considère une personne comme senior à partir de 60 ans(OMS).  Aujourd’hui, les personnes âgées de plus de 60 ans représentent 1/4 de la population et pourraient en représenter 1/3 en 2040.              Si l’espérance de vie en France après 50 ans s’avère la plus élevée de l’UE chez les femmes (37,4 ans vs 34,9 ans en 2014 dans l’UE ; gain de 2 ans en 10 ans), le nombre d’années vécues en bonne santé reste inférieur à celui de plusieurs pays.

De récents travaux montrent une évolution moins favorable de l’espérance de vie sans incapacités dans les dernières années par rapport aux décennies précédentes. Il apparaît donc urgent d’intervenir pour ralentir cette progression défavorable. L’important n’est plus d’allonger la durée de la vie mais bien d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées vieillissantes. De récentes estimations laissent présager d’une augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes de 1,2 millions en 2012 à 2,3 millions d’ici 2060.

Parce que la dépendance est difficile à inverser, la prévention et le maintien de l’autonomie le plus tôt possible avant la première apparition d’un handicap sont devenus la priorité de la santé publique.

Pour cette raison, l’identification des individus qui risquent de perdre leur autonomie devient centrale. Le déclin fonctionnel est le résultat de trois phénomènes, à savoir le vieillissement biologique, les comportements dangereux pour la santé et l’apparition et le développement d’une ou plusieurs maladies chroniques. Le vieillissement biologique réduit la capacité de réserve physiologique globale des adultes, de sorte qu’il transforme progressivement les adultes en bonne santé en individus fragiles. Ce phénomène rend les individus plus vulnérables au stress et les expose à un risque élevé de conséquences néfastes, telles que l’apparition de maladies chroniques, la perte d’autonomie, l’institutionnalisation et la mort.

Aujourd’hui, le concept de vulnérabilité est largement utilisé pour que ce phénomène sensible au stress se produise. Dans le même temps, dans le processus de vieillissement, de nombreuses maladies chroniques sont à l’origine de l’invalidité et de la dépendance

  • Le cancer
  • les maladies cardiovasculaires et les facteurs de risque
  • les maladies mentales et les maladies neurodégénératives, ces dernières ont le plus lourd fardeau de dépendance.

Cependant, la population âgée est surtout caractérisée par la polypathologie, qui résulte de l’accumulation de facteurs de risque au fil du temps.

 

 

 

 

Pour améliorer l’endurance respiratoire des affections cardiaques, musculaires et osseuses et réduire le risque de maladies non transmissibles, de dépression et de déclin cognitif l’OMS recommande de :

  • Les personnes âgées devraient pratiquer au moins, au cours de la semaine, 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.
  • L’activité d’endurance devrait être pratiquée par périodes d’au moins 10 minutes.
  • Pour pouvoir en retirer des bénéfices supplémentaires sur le plan de la santé, les personnes âgées devraient augmenter la durée de leur activité d’endurance d’intensité modérée de façon à atteindre 300 minutes par semaine ou pratiquer 150 minutes par semaine d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.
  • Les personnes âgées dont la mobilité est réduite devraient pratiquer une activité physique visant à améliorer l’équilibre et à prévenir les chutes au moins trois jours par semaine.
  • Des exercices de renforcement musculaire faisant intervenir les principaux groupes musculaires devraient être pratiqués au moins deux jours par semaine.
  • Lorsque des personnes âgées ne peuvent pratiquer la quantité recommandée d’activité physique en raison de leur état de santé, elles devraient être aussi actives physiquement que leurs capacités et leur état le leur permettent.

Lorsque les personnes âgées ne peuvent pas pratiquer la quantité d’activité physique recommandée en raison de leur condition physique, elles doivent maintenir une activité physique dans la plage permise par leurs capacités et leur condition. Il ne faut pas négliger l’activité physique induite par la vie de tous les jours. En effet, tout exercice, qui met votre corps en mouvement et l’amène à dépenser de l’énergie, est à prendre en compte : jardiner, bricoler, monter des escaliers, descendre une station plus tôt dans les transports  en commun, faire les courses à pied ou promener son chien… Alors, multipliez les prétextes pour « bouger » ! D’autant que l’activité physique – surtout quand on s’y adonne le matin – est un excellent moyen pour lutter contre la fatigue. 

Conclusion

Pour mieux vieillir et limiter l’apparition des pathologies et problématiques évoquées ci-dessus il est important d’avoir un bonne hygiène de vie et de pratiquer une activité physique régulière et adaptée. Cela permettra de réduire le risque de chute, diminuer la fatigue, réduire l’atrophie musculaire, diminuer le stress et de créer du lien social !            Si vous souhaitez être accompagné sur le plan sportif, nous proposons des programmes de prise en charge pour le public sénior. Toutes les information sur notre site ou sur notre page facebook.

Si vous désirez en apprendre davantage sur le bien vieillir, retrouvez plus d’informations sur pourbienvieillir.fr. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *