10 rue du bain aux plantes, 67000 Strasbourg
06 45 96 99 98
info@indoor-sante.fr

Le rôle de la hausse du métabolisme de base dans la perte de poids chez des sujets pratiquant une activité physique régulière

Une activité physique encadrée, adaptée et personnalisée pour votre santé

Le rôle de la hausse du métabolisme de base dans la perte de poids chez des sujets pratiquant une activité physique régulière

Notre corps, même au repos, consomme de l’énergie afin d’assurer les fonctions vitales de notre organisme : c’est ce qu’on appelle le métabolisme de base. La hausse de notre métabolisme de base permet une dépense énergétique (calorique) plus importante au repos, hors du temps d’exercice physique. Les exercices de renforcement musculaire induisant des adaptations musculaires, permettent d’augmenter ce métabolisme de base.

Différentes formules peuvent être utilisées afin de calculer ce métabolisme de base. Toutefois c’est la formule définie par Black et al. (1996) qui est utilisée comme référence. La voici modifiée afin d’obtenir le Métabolisme de base exprimé en kilocalories (kcal)

 Où :

–    MB est le métabolisme de base exprimé en kilocalories (kcal)

–    P le poids en kilogramme (kg) de l’individu

–    T la taille en centimètre (cm) de l’individu

–    A l’âge en année de l’individu

Soit, pour un homme sain, sans pathologies, de 20ans, mesurant 1m80 et pesant 70kg , environ 1500kcal (ou 6300kJ). Ces besoins énergétiques représentent 65 à 75% des apports journaliers quotidiens. Ces apports journaliers correspondent au cumul de votre métabolisme de base et à vos dépenses quotidiennes liées à votre activité générale (physique et cognitive).

Ces besoins incompressibles ne sont pas fixes, ils dépendent des variables citées dans la formule mais sont également fonction de l’alimentation et en l’occurrence de l’activité du sujet. En accord avec différentes études, une activité physique régulière permet à court terme de produire une dépense calorique plus importante, et à long terme d’augmenter ce métabolisme de base.

La hausse de notre métabolisme de base permet une dépense plus importante au repos, d’autant plus que celle-ci représente une part importante de notre dépense calorique quotidienne. Nous pouvons de ce fait exprimer l’important rôle d’une activité physique régulière et encadrée. Particulièrement dans le cas de personnes atteintes d’obésité.

Mais comment l’activité physique influe-t-elle sur notre métabolisme de base ?

Comme évoqué en introduction, les dépenses de notre métabolisme basal servent à « alimenter » notre organisme. Parmi les fonctions vitales, figure l’activité musculaire nécessaire au bon fonctionnement de certains organes et de nos déplacements. Il faut savoir qu’à masse égale, le muscle est davantage coûteux en énergie que la graisse, ce qui permet d’avoir une dépense calorique de repos plus importante. De façon plus détaillée, l’activité physique influe en augmentant la masse maigre (musculaire) principal facteur de variation du métabolisme de base.

A long terme, la pratique d’une activité régulière et adaptée permet de nombreuses adaptations liées à l’exercice telle que la hausse du métabolisme de base en partie par la prise de masse musculaire ou encore la réduction de masse grasse. Les travaux menés montrent une augmentation du métabolisme de base sur des exercices sollicitant le métabolisme aérobie (marche, rameur, danse …) et des exercices de renforcement musculaire, à raison de 3 à 4 séances d’activité physique par semaine durant 4 semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *