10 rue du bain aux plantes, 67000 Strasbourg
06 45 96 99 98
info@indoor-sante.fr

Les cardiopathies : Définition et constat

Une activité physique encadrée, adaptée et personnalisée pour votre santé

Les cardiopathies représentent une grande partie des maladies cardio-vasculaires dans leur ensemble. Il s’agit de la première cause de mortalité dans le monde, plus de 17 millions en 2012 d’après les chiffres de l’OMS soit 1/3 des décès mondiaux sur cette année. On compte en France près de 150 000 décès par an liés à ces maladies cardiovasculaires, soit à peine moins que les cancers (160 000). Si le lien cardiopathies et mode de vie sédentaire est réel dans les pays développés, on dénombre plus de décès dans les pays à faible revenu en raison du manque d’accès au soin et de leur coût élevé. Dans les pays développés, les avancées médicales permettent aux individus de vivre en suivant divers traitements, on y compte alors moins de décès malgré un important nombre de personnes déclarant des cardiopathies.  

La survenue de cardiopathies congénitales, relativement rares, provient généralement de causes inconnues ou non contrôlées (malformation ou anomalie génétique), la consommation de produits toxiques apparaît comme étant le premier facteur de risque poussant à la prévalence cette catégorie de cardiopathies.

Parmi les cardiopathies ou maladies cardiovasculaires connues, nous retrouvons souvent les crises cardiaques (ou infarctus du myocarde), l’insuffisance cardiaque, ou encore l’hypertension artérielle (HTA). 

–       Un infarctus est induit de l’obstruction d’une artère privant ainsi celle-ci d’irriguer une partie du cœur en oxygène et nutriments via la circulation sanguine. 

–       L’insuffisance cardiaque se traduit par l’incapacité du cœur à assurer son rôle de « pompe » en raison d’une augmentation des besoins cardiorespiratoires 

–       L’hypertension se traduit par une pression artérielle (pression du sang exercé sur les artères) trop importante au repos 

–       Les arythmies surviennent à un rythme anormal de battements cardiaques, trop lents, trop rapides ou irréguliers.

Il est important d’identifier ces pathologies (hors cardiopathies congénitales), comme étant induites par un comportement, puis développées. Chez les personnes de moins de 60 ans, la survenue de cardiopathies est souvent le témoin d’un mode de vie favorisant les facteurs de risque.

Les bénéfices de la pratique d’une activité physique aérobie (endurance) sont démontrés dans la diminution des risques de développement de cardiopathies. Pratiquer une activité physique régulière engendre différents stress physiologiques positifs pour l’organisme. Ces stress induisent une modification de l’homéostasie (régulation de l’équilibre physiologique de notre organisme : glycémie, pression artérielle, etc…), permettant ainsi l’adaptation du corps à la prochaine situation similaire.

Les stimulations de type aérobie permettent l’optimisation du fonctionnement du système cardiovasculaire, en termes d’efficacité et d’efficience. L’activité physique permet ainsi de limiter le risque de développer des cardiopathies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *