10 rue du bain aux plantes, 67000 Strasbourg
06 45 96 99 98
info@indoor-sante.fr

LA SCLÉROSE EN PLAQUES : QU’EST-CE QUE C’EST ?

Une activité physique encadrée, adaptée et personnalisée pour votre santé

La sclérose en plaques est une maladie caractérisée par une atteinte neurodégénérative auto-immune (atteinte et détérioration du système nerveux par  le système immunitaire), induisant des troubles fonctionnels variables dont les principaux sont moteurs, cognitifs, affectifs et visuels. 

Troubles neuro dégénératifs :

  • Localisés au niveau du système nerveux central (système composé de l’encéphale et de la moelle épinière), ils se caractérisent par une dégradation de la gaine de myéline, entourant de façon discontinue le prolongement unique de nos neurones appelé axones. Ces parties de notre système nerveux assurent la conduction de messages nerveux permettant la réalisation d’actions motrices telles que la contraction musculaire. Une atteinte neurologique altère le fonctionnement du système nerveux. 

Dysfonctionnement du système immunitaire : 

  • Cette maladie est caractérisée par un caractère auto-immun, lorsque le système immunitaire engendre une réaction un processus inflammatoire dégradant la gaine de myéline. Cette dégradation est chronique et évolutive, la sévérité des symptômes est corrélée au degré de l’atteinte nerveuse. 

Selon les sources de l’Inserm, la sclérose en plaques concerne près de 110 000 en France et 1 million en Europe, en moyenne les symptômes apparaissent vers 30 ans. Le public féminin apparaît en moyenne davantage touché avec 2 cas pour 3. La répartition de cette maladie n’est pas uniforme, les pays présentant un fort degré d’ensoleillement semblent moins touchés. Outre ce facteur climatique, il existe différents facteurs de risques génétiques et environnementaux prédisposant au développement de cette maladie. La gaine de myéline peut être imagée telle une gaine entourant les fils conducteurs d’un appareil électrique où l’axone serait les fils. Si cette gaine est endommagée, la conduction du courant électrique s’en voit détériorée. Dans notre cas, le courant électrique est le message nerveux. La gaine de myéline permet l’optimisation et l’accélération de transmission des messages du système nerveux vers les muscles, en isolant et protégeant l’axone. Dans le cas d’une personne atteinte de sclérose en plaque, la transmission des messages nerveux est altérée.

Comment fonctionnent les traitements médicamenteux contre la sclérose en plaque ?

Il n’existe pas de traitement réhabilitant la personne, les traitements médicamenteux permettent généralement de freiner le développement de la maladie et de limiter les phases de “poussées”. 

–        Les traitement immunosuppresseurs ou immunomodulateurs agissent sur le système immunitaire en modulant ses effets par le biais de mécanismes chimiques. Rappelons que la sclérose en plaques est une maladie auto-immune et que c’est le système immunitaire qui est à l’origine de l’agression détériorant la gaine de myéline. 

–        D’autres médicaments permettent l’accélération du processus naturellement présent de re-synthétisation de la gaine de myéline, ce processus étant à lui seul insuffisant pour contrer la démyélinisation

Comment fonctionne l’activité physique en tant qu’accompagnement thérapeutique ?

L’activité physique présente de nombreux bénéfices dans la prévention des maladies neurologiques y compris dans le cas de la sclérose en plaque. Différentes études démontrent l’utilité de l’activité physique à tous les stades de la maladie pour induire :

–        Une optimisation du système cardio-respiratoire et cardiovasculaire 

–        Une amélioration de la force et de l’endurance musculaire limitant ainsi les affections spécifiques du système neuromusculaire, liées à la maladie.

–        Une amélioration de la coordination et de l’équilibre

–        Une diminution des sensations de fatigue

–        Une amélioration de la structure ostéo-articulaire

–        Une diminution des éventuels effets secondaires des traitements médicamenteux

En bref, pratiquer une activité régulière au sein de programmes d’exercices spécifiques et adaptés, permet une réduction des symptômes et une amélioration de la qualité de vie.

Il est préconisé de réaliser 2 à 5 séances d’activité physique hebdomadaires, basées sur une activité aérobie (d’endurance) à faible et moyenne intensité pouvant être complétées par du renforcement musculaire. Pour en savoir davantage sur les méthodes d’activité physique spécifiques à la sclérose en plaques lisez notre prochain article.

Une réponse

  1. didierjean dit :

    il faudrait parler e l’alimentation qui permet aussi d’avoir un impact sur la progression de la maladie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *